Ladies Afterwork, l’évènement de la femme entreprenante : Marie christine Molu nous dit tout!

On ne le dira jamais assez, dans le cadre professionnel le réseautage joue un rôle primordial.

Au féminin il constitue un réel levier d’expansion de carrière, que se soit pour encourager la féminisation de certaines industries, favoriser l’échange, et promouvoir l’empowerment/empouvoirement des femmes.

Pour les jeunes professionnelles comme pour les cadres aguerris, il permet de booster sa carrière, dans un monde où celles-ci ne sont plus linéaires, et où la notion de travail se redéfinit sans cesse. Une réelle opportunité pour les femmes de prendre les choses en main.

Pour cet article, je suis allé à la rencontre de l’une de ces femmes qui oeuvrent de concert pour soutenir et promouvoir le réseautage/networking des femmes au Cameroun, au travers de l’évenement Ladies Afterwork : Marie Christine Molu, Co-fondatrice de l’événement.

Marie Christine Molu 
(via @ladiesafterwork)
Marie Christine Molu (via @ladiesafterwork)

l'im by claude Comment le concept Ladies Afterwork a-t-il vu le jour, et à quelles problématiques spécifiques ambitionne-t-il répondre ?

Marie Christine

Ladies’Afterwork est une plateforme de Business Networking pour les femmes salariées qui souhaitent développer leur carrière, pour les femmes entrepreneures qui souhaitent développer leur business et pour la jeune diplômée en quête d’inspiration.


C’est un concept que mon associée et moi avons introduit au cameroun en 2013.

Ladies’AfterWork est un bel exemple justement, de cette collaboration, cette solidarité entre femmes que nous souhaitons promouvoir:
Danielle et moi nous sommes rencontrées par des contacts communs, puis avons décidé de mettre nos efforts ensemble pour bâtir quelque chose qui soit au service de l’autonomisation de la femme.

Notre mission est de connecter les femmes entre elles, les soutenir, les encourager, les valoriser, bref les accompagner dans leur quête d’épanouissement.

Exposition vente 
(via @ladiesafterwork)
Exposition vente (via @ladiesafterwork)
Vistite de stand
(via @ladiesafterwork)
Vistite de stand (via @ladiesafterwork)

L'im by Claude Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées au tout début, lors de l’implémentation du concept dans le contexte Camerounais ?

Marie Christine

En 2013 lorsque nous avons lancé les cocktails de réseautage d’affaires pour les femmes, Ladies’AfterWork, nous avons été agréablement surprises par l’engouement observé.

Les femmes sont venues très nombreuses.Nous avons également été soutenues par plusieurs entreprises au rang desquelles Diageo, Mtn, Chococam Tiger Brands etc.
Mais également de nombreuses Dirigeantes (DG NSIA, DG orange cameroun, DG MSMI… ) et personnalités influentes (Me Nkom, Rebecca Enonchong…) pour ne citer que celles-là. Parce qu’ il y en a beaucoup.

Seulement nous avons déploré le fait que de nombreuses femmes n’osent pas partager leur expérience publiquement pour plusieurs raisons liées à notre environnement.

Ce qui est vraiment dommage. Celles-là loupent une opportunité de faire connaître leur talent, et surtout d’inspirer positivement les plus jeunes.

Rebecca enonchong Paneliste 
(via @ladiesafterwork)
Rebecca enonchong Paneliste (via @ladiesafterwork)

L'Im by Claude En vous basant sur les retours sur expérience des différentes participantes, quel impact l’événement a-t-il eu jusqu’ici ?

Marie Christine

L’un des objectifs de Ladies’AfterWork est de créer un réseau global et puissant permettant aux femmes de renforcer leur influence dans leur communauté et bien au-delà.

En 7 ans nous avons bâti un réseau multiculturel de plus de 15.000 femmes. Et nous accueillons environ une centaine de femmes lors de nos rencontres physiques régulières.

En 7 ans, nous avons vu naître des collaborations sur des projets entrepreneuriaux, certaines femmes ont trouvé du travail, d’autres ont gagné de nouvelles clientes, des fournisseurs grâce à notre réseau.

D’autres encore ont tout simplement trouvé des amies, une oreille pour les écouter sans les juger…

Ladies’AfterWork qui a commencé il ya 7 ans, comme un mouvement ‘informel’, est désormais encadré (Association). Et grâce à ce cap franchi, de nombreuses perspectives se profilent à l’horizon.

Networking
(via @ladiesafterwork)
Networking (via @ladiesafterwork)
Networking
(via @ladiesafterwork)
Networking (via @ladiesafterwork)

L'Im by claude Le 26 Mars marquera la 30 ème édition du ladies afterwork. Qu’est ce qui selon vous a fait de cet évènement un succès ?

Marie Christine

En effet, le 26 mars aura lieu la 30e édition de Ladies’AfterWork, à Douala, VILLA SENSO avec le soutien de MARTINI qui nous accompagne pour la 2e année consécutive.

Au tout début, en 2013, les cocktails de Networking avaient lieu tous les mois, à Douala et à Yaounde. Pendant environ 2 ans…

Passionnant mais épuisant pour nous les organisatrices et pour les participantes. Vous êtes sans l’ignorer, en plus de gérer leur carrière, leur business, le poids de charge mentale… les femmes ne peuvent pas être disponibles comme elles le souhaiteraient.

Nous sommes donc passées à une édition tous les deux mois. Et finalement, 4 éditions prévues en 2021, parce que, en plus des cocktails de Networking, d’autres activités sont désormais proposées aux femmes du réseau.

Le succès de Ladies’AfterWork, nous le devons aux femmes qui ont tout de suite vu l’intérêt de faire partie d’un tel réseau.

La force du Networking n’est plus à démontrer. Ne dit-on pas chez nous que ” quelqu’un est quelqu’un derrière quelqu’un ” ? C’est tout à fait vrai. Même si, à Ladies’AfterWork, nous dirions plutôt:” quelqu’un est quelqu’un à côté de quelqu’un”. Quand les femmes se mettent ensemble, des choses extraordinaires se produisent.

L'Im by Claude Cadre Commercial, Entrepreneure, experte en lingerie, vous êtes un modèle de leadership pour les jeunes femmes camerounaises. Quelles seraient selon vous, les principales qualités d’une femme entreprenante, ou les points sur lesquelles elle devrait travailler ?

Marie Christine

Wow. Je vous remercie pour le compliment et je l’accepte, même si je ne me vois pas encore comme tel. Je suis simplement une femme qui essaie de se rendre utile à sa communauté.

La première chose qu’il faut savoir c’est que tout le monde ne peut ni n’est obligé de devenir entrepreneur. Le ‘glamour’ qui est vendu partout est la récompense de longues années de ‘Smart Work’, d’opportunités saisies et de capitalisation de son réseau. (hé oui, le réseau ! ).

Et encore, pas pour tous les entrepreneurs. On rencontre parfois plus d’échecs que de succès sur le parcours. Mais il faut savoir en tirer des leçons, se relever et continuer.

Mais, celles qui ont choisi l’entreprenariat doivent savoir que c’est une voie qui demande beaucoup de courage, de sacrifices, de détermination, de persévérance et surtout une bonne dose de passion.

Il faut travailler à être rigoureux et très organisé. Ne plus se limiter au business ‘alimentaire’ ou s’en contenter.

Les Fondatrices : Danielle et Marie christine 
(via @ladiesafterwork)
Les Fondatrices : Danielle et Marie christine (via @ladiesafterwork)

L'Im by claude Un mot pour la fin.

Marie Christine

At Ladies’AfterWork, we don’t compete. We collaborate

Soyons solidaires, les filles !
Soutenons-nous mutuellement et célébrons les succès les unes des autres.

J’espère que l’article vous a plu. Personnellement, J’ai toujours eu de nombreuses appréhensions sur le réseautage, mais en étudiant le sujet, et après cet échange avec Marie Christine, j’ai compris que, prendre sa carrière en main passe par des compétences certes, mais avoir un réseau professionnel solide sur lequel on peut s’appuyer est un réel atout.

Réseauter c’est aller à la rencontre de nouvelles personnes enrichissantes et inspirantes et échanger tout simplement.

Et vous, quelle est votre avis sur la question? Avez vous des expériences sur le sujet que vous souhaiteriez partager ? N’hesitez pas à donner vos avis en commentaire.😉

Oh et bien sûr, que je serais au Ladies AfterWork, j’espère vous y trouver toutes!

Xoxo Cloclo